L’ostéopathie

Les principes fondamentaux

Après interrogatoire du patient, examen des bilans radiologiques et biologiques, observation et tests, les différentes zones de restrictions vont être repérées, puis libérées par des techniques exclusivement manuelles s’appuyant sur des sciences comme l’anatomie, la biomécanique et la physiologie, et adaptées à chaque tissu. L’ostéopathe possède donc l’art de restituer avec ses mains la mobilité des tissus de l’organisme, permettant aux fluides qu’ils soient vasculaires ou nerveux de réinvestir la zone en lésion, autorisant ainsi la récupération. C’est la loi de l’artère d’A.T.Still¹ et le premier principe de l’ostéopathie.

L’artère est souveraine. « Le devoir du praticien n’est pas de guérir le malade mais d’ajuster une partie ou l’ensemble du corps de sorte que les fleuves de vie puissent s’écouler et irriguer les champs assoiffés »². Chaque partie du corps humain doit être correctement irriguée, c’est LA condition de santé. Les autres principes sont :

La structure gouverne la fonction. C’est l’ensemble de notre système musculo-squelettique et tous les tissus de soutien du corps qui peuvent être restreints dans leur mobilité. Une articulation bloquée entraîne une contracture réflexe des muscles locaux, les nerfs et les vaisseaux sanguins avoisinants voient leur espace diminué, ce qui a pour conséquence un mauvais drainage sanguin (stagnation du sang utilisé ou mauvais apport de sang neuf localement) ou une douleur dont l’origine est la compression du nerf.

L’unité de l’être humain. L’individu est considéré dans sa globalité et une partie atteinte déséquilibre le corps entier. Le traitement vise donc le retour à la fonction de la zone atteinte, rétablissant ainsi un équilibre entre les différentes fonctions. Les spécificités de l’individu sont également respectées, ainsi que son environnement, conditions de vie et d’hygiène.

La loi de cause à effet. La dysfonction, pouvant se manifester par une douleur, n’est qu’un effet d’un déséquilibre mécanique et physiologique.

Le principe de l’autoguérison ou l’homéostasie. Une fois que l’organisme a été rééquilibré, il peut s’autoréguler, s’autoguérir. Pour Still, le corps a ses propres capacités de réparation, sa tendance naturelle est le retour à l’équilibre. Au lieu de s’attaquer au symptôme, l’ostéopathe préfère activer les réparations en redonnant de la mobilité aux structures et le corps s’autorégulera dans son environnement.

¹ Andrew Taylor Still, fondateur de l’ostéopathie en 1890, aux USA.
² R. E. Truhlar (Doctor A.T. Still in the living).

© Michelle Thibault

Situation du cabinet

Adresse : 7 rue Berthollet • 75005 Paris
Téléphone : 06 66 87 85 93
Prendre RDV en ligne avec Doctolib