L’alimentation de la femme enceinte

Voici quelques conseils à prendre en note au sujet de l’alimentation de la femme enceinte.

Si les besoins caloriques d’une femme sont de 1800 cal. / jour, la grossesse augmente ce besoin de 200 à 300 cal. pendant les deux premiers trimestre. Au troisième, le fœtus réclame de 100 à 150 cal. / jour que l’on doit additionner aux précédentes. Cet apport supplémentaire entraîne une prise de poids de 11 à 12 kg pour les femmes n’ayant pas de surcharge pondérales au début de leur grossesse.

Les protéines sont essentielles pour la formation du placenta et du fœtus ainsi que pour l’augmentation du vol sanguin requis : 70 à 80 g par jour.

Le bon développement du fœtus nécessite de 1000 à 1200 mg de calcium. Aussi pour ne pas altérer votre système osseux, il est nécessaire d’en consommer suffisamment mais attention aux laitages. La vitamine D favorise la fixation du calcium sur les os.

Énergie vitale pour le fœtus, les sucres lents doivent être répartis sur les trois repas. Les céréales complètes, mine de vitamines et de minéraux, la pomme de terre, riche en protéine, fer, phosphore, magnésium, cuivre, folates, sont des aliments qui produisent un effet de satiété par les fibres, limitant ainsi la constipation fréquente chez la femme enceinte.

N’oubliez pas les acides gras dits essentiels tels l’Oméga3 et surtout le DHA indispensable au développement cérébral et à la maturation neurosensorielle de l’enfant, olfactive et visuelle.

Apprenez qu’un déficit en vitamine B9 (acide folique) peut entrainer des risques d’avortement spontané et de prématurité, de mauvais développement du système nerveux et des anomalies plus tardives. Les apports en folates doivent être de 400 µg /jour. Vous en trouvez dans les levures, les légumes à feuilles foncées genre épinard, laitue, chou, artichaut, dans certains fruits (agrumes, bananes, fruits rouges, dattes figues), les féculents, les fromages frais.

Équilibre du système nerveux, le magnésium, s’il vient à manquer, peut  entraîner fatigue nerveuse et troubles du sommeil. On le trouve dans les fruits et légumes frais et secs, les oléagineux, le cacao, les crustacés cuits pour la femme enceinte, les poissons et eaux minérales (Contrex et Vittel).

Le fer est recommandé pour les femmes à risque élevé d’anémie (adolescentes, grossesses multiples ou rapprochées). On en trouve dans le boudin noir, les viandes rouges, les abats, les poissons, les épinards, les légumes et les fruits secs. Sachez que la vitamine C favorise son assimilation, au contraire du thé.

L’iode est indispensable au fonctionnement de la thyroïde et sa carence peut avoir des conséquences sur le développement cérébral du bébé. On le trouve dans les crustacés cuits, moules, poissons de mer, lait et œufs.

Les processus épigénétiques sont les mécanismes physiologiques de régulation de l’expression de nos gènes. Leur mise en place se déroule au cours de la vie fœtale et on sait aujourd’hui que l’alimentation périconceptionnelle a une action préventive sur la santé du futur bébé et pour sa descendance transgénérationnelle. Pour cela il est nécessaire de capitaliser nos « méthyles » en agissant sur le cycle des folates, soit vitamines B9, B6, B12, Oméga 3 (principalement le DHA) et probiotiques.

© Michelle Thibault

Situation du cabinet

Adresse : 7 rue Berthollet • 75005 Paris
Téléphone : 06 66 87 85 93
Prendre RDV en ligne avec Doctolib